Accueil » actualités, les courses, les photos

l’Enduranne pour me rassurer, et son album_Christian

30 août 2017 vu 1 139 fois Pas de commentaire

lien vers l’album

et vers la vidéo de l’édition 2017

Depuis que mes bobos de mi 2016 se sont éloignés (péri-tendinite d’Achille récidiveuse et période d’extrasystoles qui sont parties comme elles étaient arrivées, juste pour m’inquiéter un peu et me rassurer avec des bons résultats d’analyses) j’avais hâte de me sortir de ces 5 à 7 km auxquels je me cantonnais par précaution, le temps de me sentir prêt à me remettre sur plus long. C’était à mes yeux nécessaire puisque depuis fin 2014 plus de gros entraînement ni de courses au delà  de 7 km à quelques exceptions près dont l’une m’avait valu la tendinite, 2016 à Meyreuil!  Alors j’avais vraiment envie de remettre le pied à l’étrier sur du plus long et un peu plus engagé, c’était pratiquement un besoin!

NDLR: tout ça doit bien faire sourire nos grands compétiteurs et trailers! je les vois d’ici :))

Cette Enduranne m’est du coup parue idéalement placée après mes randos d’Août et une bonne régularité d’entrainement depuis quelques mois.

J’étais prêt à tenter le coup,  cependant la chaleur annoncée me faisait hésiter. Heureusement mes jeunes partenaires d’entrainement, allias Guylaine et Dominique, ces  nouvelles au club  avec toute la fougue que l’on connait à nos jeunes recrues, se sont inscrites sur le parcours long! je ne pouvais décemment pas la jouer petit  et je suis donc parti sur le 11,4.

Malgré les 30° de cette fin d’aprem je me sentais en forme, prêt à y aller, et au coup de pistolet j’ai trouvé que ça partait bien vite: nos plus forts étaient trop loin dans la foules des 400 coureurs pour que je les distingue, par contre je voyais  les Danielle, Lucien, Bernard  ainsi  que nos nouvelles, Domi, Sandra et Bérangère, laquelle pour l’occasion me surprenait,  qui  tous me collaient des dizaines de mètres dans la vue.

Forcément je en pouvais pas rester planté là et me suis mis au diapason de la foulée générale alors qu’il me faut du temps avant que le vieux diesel athmo ait bien chauffé.

Mais bon, ça s’est bien passé et je n’ai pas tardé à rattraper ce petit monde qui voulait me tester! 1km après l’on quittait le bitume pour enfin commencer à vivre! A nous la nature et sans tarder une petite descente en single qui a provoqué un bouchon. Je suis reparti bon train, commencé à doubler, et j’ai pu assez facilement garder le rythme et les bonnes sensations jusqu’au 8ème. distance à partir de laquelle on a attaqué la lente remontée vers le sommet de la course, là les relances sont devenues moins aisées mais bon an mal an j’ai tenu le coup  jusqu’au 9, 7km à mon gps quand l’heure a sonné.

9, 7 pour 11, 4,  restait  donc un petit 2km à faire, il y a une bonne côte, je me souviens, mais la descente après jusqu’a l’arrivée,  donc on va compter  large et 16mn de plus que l’heure ce sera faisable…

Mais c’était aussi l’heure de voir arriver les vraies côtes et là la fatigue s’est faite assez rapidement plus pesante, plus générale. la 1ère en marchant comme tous devant c’est ok, et je repars en courant jusqu’à la vraie, une nouvelle côte par rapport à ma précédente Enduranne de 2014, ou alors je ne l’a vraiment pas mémorisée celle là , une vraie portion de trail en monotrace creusée et bien pentue!

J’aurais voulu doubler que je n’aurais pas pu , la fatigue s’abattait sur moi au point que sur le replat, impossible de remettre du rythme! obligé de marcher sur les 15m de montées restantes avant de retrouver de la descente, que je n’ai pas pu mettre à profit pour accélérer significativement, et je me suis trainé sur le bitume avant le virage qui ouvrait sur l’arrivée 150m plus loin, faudra repasser pour l’endurance! 

La je n’avais plus de réserves j’étais un peu cassé, même beaucoup d’ailleurs,  mais heureux de toute cette longue partie intermédiaire où je m’étais vraiment fait plaisir et tant pis pour ce dernier 2 km où j’avais bien pioché! au delà de ce que j’intuitais  puisqu’il était 1h 18 au chrono. J’avais dû me faire copieusement remonter par  Lulu et Bernard  mais assez content quand même que Lucien soit derrière (Lulu mon pote, ennemi de toujours en compet!).

Le ravito était là, salvateur avec son coca (tiède …ça fait moins froid au gosier) et quelques grains de raisin… je n’avais que soif! mais soif! pas faim du tout, et j’ai continué à marcher le temps de retrouver un peu d’aisance et sentir que je récupérais de cette fatigue, mais je n’avais pas le moindre bobo, super encourageant pour la suite!

Je n’aurais pas pu faire mieux certes, contrairement à ce que je ressens  souvent et j’en suis satisfait, satisfait de cette reprise qui m’a bien dérouillé où j’ai bien tenu la cadence presque jusqu’à la fin.

maintenant on va s’atteler à préparer le 14 de Jouques, retour au trail!

Bravo à nos coureurs pour leurs podium sans oublier Marc Rosa 3ème M2 sur le 6,5km et avec un clin d’oeil à Domi qui fait son premier podium comme Guylaine l’avait fait à la Ronde des Matous de juillet à Lambesc, chacune à son tour et je vous souhaite de continuer sur la lancée. 

A bientôt donc sur nos parcours nature, la pêche est là, le moral est bon !

Christian