Accueil » actualités, les courses

Courir dans les Ardennes, par Christophe

14 septembre 2022 vu 61 fois Pas de commentaire

De passage dans ma Marne natale, j’ai cherché une course pas trop loin et pas trop longue pour ménager ma fatigue, histoire de voir si les paysages sont plus verts par chez moi. 

Je suis donc allé à Vouziers, 4ème ville des Ardennes avec ses 4000 habitants, avec l’aide de mon GPS (après Ste Anastasie et Néoules, je me demande si je ne vais pas me spécialiser dans les courses situées dans des lieux improbables…).

Côté Histoire, Vouziers aura accueilli des célébrités… qui s’en seraient bien passé : ils ont enterré Roland Garros dont l’avion a été abattu non loin de là, et ils ont emprisonné Verlaine qui avait eu la mauvaise idée d’étrangler sa mère (ah les poètes…). Pour ma part, je suis resté discret et j’ai été bien accueilli.

Côté géographie, les Ardennes sont connues pour leur météo favorable à l’arrosage de la végétation (euphémisme…) ; j’espérais donc de la verdure et de la fraîcheur. 

Vouziers proposait 2 courses (un 7k qui en faisait 8 et un 11k) avec une ambiance qui faisait penser à notre regretté CPA. Et les participants se sont massivement engagés sur le 11 ; j’ai compris après la course, que le 11 km était la seule course éligible au challenge local (du Sud Ardennes).

Ainsi lorsque les routes du 7 et du 11 se sont séparées, je me suis retrouvé tout seul. Les coureurs devant moi étaient trop loin pour être dans ma ligne de mire. J’ai donc couru pour défendre ma place, en négative split, bien qu’étant parti pied au plancher.

Village de Bourcq (?)

Finalement, l’herbe n’était pas aussi verte que je l’espérais, et je n’ai pas trouvé la fraîcheur escomptée. Personne n’a été épargné par la chaleur cet été… 

Quant à la course, elle était à travers champs sur des chemins empruntés habituellement par les engins agricoles. Les lignes droites n’étaient pas monotones ; elles offraient des paysages variés et permettaient de dérouler la foulée, mis à part dans quelques côtes. 

Dépaysement agréable, surtout lorsque j’ai traversé un champ de tournesols desséchés (l’été a du être chaud dans les Ardennes…) en surveillant l’éventuelle apparition d’un épouvantail armé d’un couteau (oui, ça tapait un peu…)…

Cet enchaînement de paysage, en plus d’une solitude que je n’avais jamais rencontré sur une course, m’a fait ressentir un détachement et une liberté où seule cette course et les éléments extérieurs étaient présents dans mes pensées.

A l’arrivée, je me suis aussi retrouvé tout seul au buffet pendant quelques minutes. Un (autre) moment agréable…

Je suis reparti de cette course avec une bouteille de… bière locale, à mon plus grand plaisir. Les Ardennes sont effectivement plus connues pour leurs brasseries que pour leur vignoble.

Côté dépaysement, j’ai aussi été surpris par certains aspects de l’organisation (inscriptions de dernière minutes sur des tablettes tactiles mises à la disposition des coureurs, remise de dossards plastifiés avec trous et épingles déjà fixées…).

Belle course, bonne ambiance, bonne matinée. Très bonne sensation de bien être rencontrée pendant et après la course. C’est pour cela que nous courons.

Christophe