Accueil » actualités, les photos

Sortie raquettes en Dévoluy_ album_ récits de Carole, de Christian

21 février 2017 vu 1 633 fois Pas de commentaire

nos deux parcours

 

vers l’album

 

 

Par Carole:

Le Speedy a été chanceux pour cette sortie raquettes car la neige, qui s’était faite attendre, est tombée quelques jours avant notre arrivée…

le hameau du Col du Festre, point de rencontre, et de départ

Nous avions rendez-vous le 1er jour au col du Festre avec Nathalie, notre accompagnatrice. Après avoir chaussé les raquettes, le groupe est parti pour une ascension qui nous a conduit jusqu’à la tête du Jas des Arres, en direction du col des Aiguilles à 1967m d’altitude. Le ciel était d’un blanc laiteux mais assez haut pour nous permettre de profiter du panorama. Sur la crête, le vent avait fait autour des poteaux et des grillages, des sculptures de neige.

Pour manger, nous sommes redescendus nous abriter contre une petite cabane, puis nous avons rejoint le parking. Le site était assez fréquenté par d’autres « raquetteurs », mais aussi des skieurs ; il y avait même du snowkite. Nous avons appris par la suite qu’une compétition de ski de randonnée se déroulerait le lendemain: « La grande trace ».

Dénivelé cumulé pour cette 1ère journée : 580m environ pour environ 6km parcourus

Nous avons passé la soirée au gîte de l’Yvraie, situé au charmant village de La Cluse, une ancienne bergerie très bien restaurée avec des petites chambres de 2 à 6 personnes. Les gérants étaient accueillants, et tout le monde a apprécié le bon repas. Jean-Claude nous avait réservé une surprise, il avait porté 2 bouteilles de champagne pour fêter ses 50 ans. Joyeux anniv J C !!! 

Le lendemain, nous sommes partis directement du gîte, d’abord sur une piste, puis sur un petit sentier jusqu’au col du Lauteret (1754 m) par le GR94. Nous avons pu admirer la vue sur la montagne de Lure et les sommets environnants. Puis, nous avons bifurqué en direction du col de Malemort et du col de Conite par un passage assez abrupt.

Dans la descente, chacun sa technique : J C dévale la pente en courant à grandes enjambées ; d’autres suivent prudemment Nathalie ; certains préfèrent le toboggan sur les fesses !

picnic dans le vallon du torrent du Clos des Anes

Nous avons pique-niqué à l’abri du vent et au soleil.

Pour le retour, nous sommes passés par le Bois de l’Aune par une large piste qui a permis de reposer les muscles des jambes et d’observer les nombreuses traces de lièvres et d’écureuils.

Le parcours et les paysages étaient très différents de la veille, beaucoup plus sauvages et variés.

La neige était bonne, et nous avons parfois été les premiers à fouler la poudreuse.

Dénivelé cumulé de 600 m environ pour cette journée et 10km parcourus

Un grand merci au Speedy qui a organisé cette sortie, ainsi qu’à Nathalie, notre guide expérimenté.

Carole

Par Christian:

le topo du 1er jour de rando  sur Garmin.com

depuis la cabane de Bachassous, vue sur le col du Festre et le massif des Ecrins au loin (Valbonnais et Valgaudemar)

je crois être un adepte de la seconde sortie raquettes de l’année.  Le temps de laisser s’éloigner  la période des fêtes? la crainte du manque de neige en début d’hiver?  ou le bien-être ressenti à voir le jour nous accompagner plus longuement et le soleil nous chauffer plus fort?

Un peut de tout cela certainement! et ce week end raquettes en Dévoluy  me le confirme, c’était bien d’avoir fait “un peu de place“ après les bombances de décembre. et ce fut bien plus agréable de randonner dimanche sous un ciel nuageux à ensoleillé (comme ils disent à la météo) plutôt que, comme samedi, où ça a vite viré au gris, un peu foncé puis bien foncé même et de clément à plutôt froid. 

Certes on y prend moins chaud en grimpant mais c’est là le seul avantage vite balayé comme nos visages par le vent moqueur chargé de ses cinglants cristaux de neige et par le froid qui nous chatouille bientôt les ripatons dans nos chaussures de rando. La grisaille efface le paysage et  devant le randonneur les reliefs disparaissent et nous évolueons un peu à l’aveuglette.

au Jas des Arres (ou au col de Darne?)

Et que dire des moments d’arrêt en haut de la crête pour rassembler la petite troupe, juste le temps de comprendre qu’il ne faut pas traîner ici en plein vent devant rien! juste le temps d’une photo de la file indienne et d’une oeuvre d’art créée par dame nature à partir d’un banal objet de la civilisation.  Vite redescendre dans la combe se protéger du vif, et pas question de reprendre après le piquenique rapide sous la relative protection des murs d’une cabane de berger fermée à clé. On a simplement envie de rentrer

Toutefois si l’on est un tantinet positif on trouvera assez sympa cet épisode un peu baroudeur qui nous focalise sur l’aspect sportif de la sortie et sur nos sensation dans l’instant. On goutera aussi plus pleinement l’arrivée à l’Yvraie, notre gîte à l’accueil chaleureux sous ses voûtes rustiques rénovées avec talent!

Et quoi de plus fort que de partager ensemble les avis sur les différentes bières artisanales de la Brasserie du Haut Buech, BHB sur l’étiquette!

Je vous les conseille, surtout la Brune du Haut Buech, douce, ronde et charnue qui a fait l’unanimité.

Mais l’ambrée ravira ceux qui apprécient la longue présence en bouche après que nos cellules olfactives aient repéré un parfum épicé sucré qui ne dit pas tout de la puissance du breuvage.

Et toujours ces grands repas du soir en une grande tablée à 15, une vraie famille mais rien qu’avec les bons moments!

le topo du second jour

De dimanche je dirai qu’il fut comme déjà souvent vécu dans nos sorties raquettes: agréable de merveilleux paysages, d’ombres et de lumières éblouissantes, de bonne rando à la pente suffisante, déjà sportive (on a vite rangé les couches… d’habits évidemment!), longue montée mais régulière, presque supportable par tous. Aérée juste ce qu’il fallait par un petit vent bienvenu (faut dire que je venais de trouver le le moyen de ventiler  mon gros anorak de ski tendance fournaise, bien ouvrir la fermeture éclair devant est insuffisant, l’astuce fut d’ouvrir à moitié les fermetures éclair d’épaules, sensations garanties, genre Airwaves, Holywood chewing-gum, Narta, double effet Kiss-cool, fraicheur de vivre quoi!).

Après le col une dernière montée en traverse pour des sensations fortes, Nathalie nous a bien dit de planter les raquettes dans la neige pour ne pas partir en glissade dans ce dévers assez pentu.

Puis la descente, aux petits oignons, de technique en haut à cause de la pente à ludique ensuite avec un record de distance lugée et de fesses mouillées pour atteindre le point du repas repos (j’avais bien besoin des deux!), avant de reprendre une marche plus simple, très agréable dans cette belle forêt claire pour un final délassant.     

 

Encore une de ces sorties du club que l’on aurait envie de faire durer. La vraie vie !  Bravo la bonne humeur de tous, merci pour les diverses gourmandises amenées que l’on a appréciées lors des instants de récup ou au dessert des pique-niques et le café bien chaud, merci pour les élixirs lors du repas au gîte (à Chris pour son genépi et ses croquants confiés à René lequel a bien respecté les consignes et JC/Evelyne pour leurs anniversaires… au champagne!).

A Nathalie pour la qualité de ses choix de rando, son accompagnement dans la découverte des bières locales, ses explications sur la faune et la Flore, sa tolérance face aux garnements qui ont séché l’épisode relaxation pour continuer à mouiller le col du verre de BHB! 

Christian