Accueil » les courses, les photos

Le MARATHON de Bernard BALAC

5 mai 2016 vu 1 058 fois Pas de commentaire

MARATHON : LA TRAVERSEE DE PARIS

Ma traversée de Paris du dimanche 03 avril 2016

Je n’aurai sans doute pas tenté cette aventure si je n’avais pas eu la maladresse de dire un jour à Sandrine Khaled qu’un marathon était tout à fait à sa portée. En la voyant se lancer dans ce challenge, et s’inscrire sur le marathon de Marseille, je me suis senti piégé et obligé d’en faire de même. Contre le marathon marseillais, une seule alternative, le marathon de Paris. M’y voilà inscrit par solidarité Speedyenne.

Avec Sandrine en point de mire (son marathon 15 jours avant), j’ai trouvé en Séverine la coach idéale pour me préparer et me booster pour cette épreuve mythique.

Assez perplexe au début, quant à ma réelle motivation, Séverine s’est accrochée, de sorte que j ‘ai fini par suivre ses conseils et c’est avec impatience que, tous les dimanches soir, j’attendais son programme annonçant une semaine difficile mais me propulsant vers le but tant attendu.

Le 03 avril, temps superbe sur la capitale, me voilà au pied du mur sur les Champs Elysées, à peine le temps de faire les vitrines que le départ est donné (à 10h05 en ce qui me concerne, question de sas de départ).

Suivant les conseils à la lettre, j ‘essaie de rester dans mon allure marathon. Chose que j’ai faite jusqu’au 30 ème kilomètre, moment où j’ai rencontré sans le voir un certain mur. N’écoutant que les conseils de mes membres inférieurs, j’ai baissé ma moyenne horaire et, sans toutefois craquer, j ‘ai poursuivi mon bonhomme de chemin jusqu’au 42 ème km, le plus facile était fait, il me restait à parcourir les fameux 195 derniers mètres. Je clos le suspense, j’ai réussi à les faire et j’ai franchi la ligne d’arrivée, moment d’extrême satisfaction et aussi de grande fierté.

Sur la course en elle-même, je n’ai retenu que du positif. Excellente organisation, aucun « embouteillage » au départ ni de gros ralentissement pendant la course, les animations musicales sont nombreuses, le public est présent en nombre. Parti 1h20 après les premiers, je devais passer 2 ou 3 heures après et il y avait toujours énormément de monde, ambiance sympa.

Quant au parcours, il se passe de commentaires, c’est une visite privilégiée de la capitale.

J’ai fini la course en (assez) bon état, courbaturé certes mais pas cassé, j’étais à l’évidence bien préparé (merci Séverine).

Par contre, contrairement à d’autres, j’ai profité d’une visite pédestre de Paris durant 4h32, C’ est appréciable vu le prix des inscriptions.

Bernard BALAC

Lien vers l’album

 BALAC MARATHON 2016