Accueil » actualités, les courses

L’Ultra Sky Race de Michaël_ M. Sarrato

27 juillet 2015 vu 938 fois Pas de commentaire

Début janvier, à la recherche de mon ultra de l’été, j’avais repéré cette nouvelle course proposée: l’ultra sky race de Montgenèvre. Annoncée à 90km / D+ 5800m. Je ne connaissais pas le massif qu’elle traversait, l’occasion de découvrir donc. Je me suis donc inscrit très vite et comme d’habitude affiché la carte et le profil dans mon bureau pour me mettre le parcours en tête très tôt. Puis l’été approchant, une multitude de petits pépins physiques me donnait peu de visibilité sur la forme de l’été. Un WE avec mon Pino préféré me donnait cependant qq signes positifs… Quelques belles sorties du jeudi by night et le Grand trail des Ecrins finissent de me rassurer et j’arrivais plutôt serein vers le 18 juillet. Seul signe pas rassurant : James qui a repéré le parcours intégral la semaine avant m’appelle le jeudi avant la course pour me confier son inquiétude sur la difficulté du parcours et la tenue des barrières horaires… venant de James, c’était à prendre au sérieux !

Nous voila donc à Montgenèvre (1860m) ce vendredi 17 juillet, sous la canicule (34°C à Briançon en fin d’aprem !!!) mais alors que nous sommes attablés autour de notre tomate farcies party, l’orage éclate ce qui fait baisser énormément la température. La grêle tombe même et le Chaberton, première grosse difficulté du lendemain reste blanc !

Départ à 4h du mat donc, ciel étoilé, température douce. Les 4 premiers kilomètres se déroulent sur piste en montée douce, ce qui étire tranquillement le peloton d’environ 300 coureurs. La première montée crée vite une longue file, ça monte raide, donc des petits cailloux bien roulants. Le ruban de frontales est impressionnant ! arrivés au col, le paysage est magnifique, le jour se lève et laisse apparaitre plusieurs plans de lignes de crêtes à l’infini.

La montée vers le sommet du Chaberton se fait plus raide et voila la grêle de la veille qui rend le tout bien glissant.

Arrivée au sommet (3138m) en 1h40, accueillis par 2 musiciens courageux. La descente est très rapide dans un mélange d’éboulis et de grelons , direction l’Italie. Remontée vers le col désertes (un seul point d’eau dans cette section, mais il ne fait pas encore trop chaud), raides lacets dans une atmosphere très minérale puis belle descente coté français le long d’un cours d’eau et arrivée au premier ravito aux chalets des Acles en 4h (22eme km). C’est là que le parcours du 37km bifurque pour le retour vers Montgenèvre. Pour nous la route est encore très longue… La prochaine partie vers le col de l’échelle est très belle, avec une succession de montées et descentes qui font mal aux pattes, mais le paysage est superbe, à cheval entre France et Italie, avec la découverte de tout un tas des forts et Blockaus qui datent de l’époque où on devait etre beaucoup moins copains avec les italiens que maintenant !

Au col de l’échelle, triste portion de 3km sur route et surtout pas de ravito / pas de point d’eau ! (grave erreur des organisateurs) les organismes souffrent et on commence à voir beaucoup d’abandons…

Pas le temps de se plaindre, ça repart avec une rude montée vers le col des thures, d’abord se faufilant au milieu d’un beau massif rocheux, puis sur de magnifiques alpages. Enfin descente rapide vers la vallée étroite et le 2eme ravito (1765m, 44eme km, 8h). Le Mont thabor se profile au loin, et les qq nuages qui nous sauvaient depuis le matin laissent place à un gros et fort soleil. C’en est trop pour beaucoup de concurrents qui abandonnent en nombre (dont les cadors, P Marmet, H Giraud Sauveur et autres…). C’est le moment de sortir le mental. Tres longue montée vers le Mont Thabor (3178m, 10h30 de course). Le point de vue est superbe sur les Ecrins, le massif du Mont Blanc et autres mais la contemplation est de courte durée car la pluie fait son apparition. Il est temps d’attaquer la partie technique du parcours avec un parcours alternant arête rocheuse à près de 3000m et passages de longs névés en dévers, mieux vaut avoir le pied montagnard par ici ! puis très longue descente vers les chalets de Laval. A ce moment de la course, l’impression d’etre seul dans la montagne est impressionant, tellement les écarts se sont creusés. Je profite cependant toujours, sans pépin physique… On me dit que je suis 74eme au scratch. 3eme ravito au km 61 (refuge de Laval, 2003m) puis début de la section certes buccolique mais horrible pour les jambes et le moral : 17km de quasi plat jusqu’à Plampinet (début sur un beau sentier le long de la Clarée puis passages sur bitume… faut avoir envie d’arriver, d’ailleurs ça en démotive certains qui abandonnent encore ici…

Dernier ravito donc à Plampinet (1476m, point le plus bas du parcours, 78eme km, 15h30 de course…). Une bonne soupe nous fait du bien mais une nouvelle averse nous fait dire qu’il ne faut pas trainer. Il reste 17km et 1100m de dénivelé (un détail ;-)) A ce moment-là le principe c’est mettre un pied devant l’autre et ça passe comme une lettre à la poste. Mieux vaut faire des équipes et je m’unis à Didier, du TAC (Cuers), pour ce dernier effort. Après plusieurs lacets sur piste caillouteuse, ça redevient très beau et la montée continue dans une belle lumière de fin de jour jusqu’au col de la Lauze (2529m) que nous atteignons à 21h10 (17h10 de course…). Au lieu de continuer sur la crête de Chalvet , on est redirigés vers la vallée car ils ne souhaitent pas engager des concurrents de nuit dans cette dernière difficulté. On gagne donc 250m de déniv de moins, mais aussi 2 km de plus! Descente d’abord tranquille puis plus rapide une fois sur la piste. Malheureusement obligé de ressortir la frontale pour les derniers moments… Dans Montgenèvre, je m’offre un sprint avec un coureur rattrapé dans la descente 😉

Ca y est j’en ai fini avec cette 17eme skyrace, premiere en version ultra (visiblement y’a quelques réglages à apporter…). J’attends mon ami varois distancé dans la descente pour partager la meilleure bière du monde !

Bilan en chiffres :

95km / D+5550m

350 inscrits,  env. 300 partant et 131 finishers (seulement !!!)

Pour ma part : 17h55 / 63eme position; James : 20h33 / 99eme position

Taux de finishers au speedy = 100% ! le Top!

Vainqueur : Romain Olivier en 12h48, rien que ça! des extra-terrestres ces gars là!

Michaël