Accueil » actualités, les courses

Trail nocturne de Corbières: l’after fait le buzz

25 juillet 2013 vu 839 fois Pas de commentaire

D’ordinaire on présente un article sur la course elle-même: elle a été unanimement appréciée par les novices de la course nocturne comme par les confirmés, en témoignent les quelques extraits d’échanges qui ont suivi:

  • Samedi soir Corbières dans la gadoue à la frontale… Me suis régalé… Comme tous les speedyens je pense… Merci Séverine… Super… Après avoir vite dégusté le couscous local très bon ma foi…Je rentre à Pertuis pour dormir… Mais que dalle nuit blanche… Suite bientôt les amis… Yo Pino
  • La sortie à Corbières était bien sympathique et une première de nuit pour moi. Merci aux organisateurs René Séverine et Dimitri. Jacques (Arnaud)
  • Merci beaucoup pour ce bon moment lors du trail de Corbières : super parcours malgré la boue, les rivières, une belle expérience de course et comme toujours une super ambiance!! PS1 : Christian, j’espère que tout va bien et que tu récupères bien malgré la chaleur. DIMITRI

Mais voilà, cette nuit là, l’événement pour le Speedy c’est moi qui l’ai créé et l’on s’en doute, ce n’est pas en raison  de mon chrono.

Voici en toute partialité, l’événement tel que je l’ai vécu:

La ligne d’arrivée est passée, fourbu et satisfait de mon temps, je me suis rendu direct à la voiture pour me changer, avec Fabrice qui avait la clé et passait devant moi à l’instant, le ravito ce sera au retour . Je m’asseois sur le rebord de coffre, appuie ma nuque contre la plage arrière pour la détendre et me reposer car je commence à avoir comme les yeux qui tirent et sentir un petit coup de « moins bien »…….

A cet instant je me réveille, punaise je suis bien là !

Bon je suis couché sur le chemin encore mouillé de l’orage précédant la course, mais c’est pas grave, qu’est-ce que je suis bien! Bien reposé, pas froid, la tête sur un oreiller, super.

Enfin c’est quand même drôle, j’ai pas souvenir de m’être étendu.

Tiens l’oreiller c’est mon Camelbak!

Et tous ces speedyens, d’ailleurs pas  les seuls autour de moi à m’observer de haut et que je vois d’en bas en contre plongée comme disent les cinéastes, ça doit faire pareil à mon chat quand il me regarde ! Tous semblent avoir grand plaisir à me voir les regarder, comme émus, rassurés, mais inquiets.

Alors comment tu vas? tu te sens comment?

Ça va bien! Même plutôt très bien! Je sais pas pourquoi je suis comme ça et d’ailleurs je vais pas rester comme ça, c’est mouillé par terre et je vais me changer!

Non non tu bouges pas, t’as fait un malaise avec perte de connaissance, et vomi un peu (je crois que c’est Laurent qui m’a parlé en 1er), et les pompiers arrivent, ils vont s’occuper de toi.

Tu nous a foutu la trouille quand tu t’es effondré dans le coffre de ta voiture!

Les copains déplient une couverture de survie en rigolant car ils n’y arrivent pas et tout ça ressemble à un exercice de sauvetage bidon, Séverine me réhausse les jambes. Dimitri me parle je crois.

Enfin, pas de panique, je vais bien, mais à cause de tout ça on a fait dardar venir les pompiers et c’est une pompière qui arrive la première, elle a couru, elle est toute essoufflée, certains se demandent même si elle ne va pas me rejoindre au niveau 0 sur la route!

Premières questions, mais je vais bien, cool svp je vais bien! La dame  me donne le programme: check-up dans l’ambulance des pompiers avant d’aller faire un petit tour à l’hosto de Manosque où il faudra compter 1h et demi si l’on ne me détecte pas de pb.

Je dois donc me lever et on accepte que je me change, séchage, T-shirt sec et  maillot manche longues du club, le violet, un peu plus chaud, et hop embarqué et étendu dans l’ambulance sur le lit civière.

Entre temps Fabrice a pris mes clés pour accompagner le fourgon ou me rejoindre à Manosque, on sait pas encore tout à fait comment mais Michel Jeoffroy a pris mon N° tel.

Dans l’ambulance les pompiers sont ympas, ils me demandent encore comment je vais et si j’ai besoin de quelque chose, ça va mais je boirais bien un coup, je commence à avoir soif!

Ah ben non, on a pas le droit, c’est la procédure qui l’interdit tant que le ceck-up n’est pas fait.

Alors on y va!

_vous avez perdu connaissance pendant combien de temps?

_aucune idée je ne sais vraiment pas, faudrait demander aux collègues du club

_la pompière: Bon, vas y prend sa tension…

_le pompier: psssht_pssht_psssht : 13,

_la pompière: ok pour la mesure haute, combien la basse ?

_le pompier: je peux pas l’avoir!

_La pompière : oui avec ces appareils c’est difficile, mesure le poul,

_j’ai mon cardio, regardez: non là c’est le dénivelé, alors l’autre cadran pour la fc, je vois 56

_ la pompière: prend le poul, poignet droit : 62, régulier (je vois 54 au  cardio)

_Le pompier: nous sommes quel jour?vous êtes où?

_moi: le 20 juillet, A Corbières on vient de faire le trail nocturne. je suis tombé dans les pommes et apparemment j’ai même vomi

_ regardez moi, bougez les yeux : ok , pupilles rondes, pas de mouvements erratiques des yeux

_ pas de douleur thoracique, pas de fourmis à main gauche? Non RAS

_vous vous sentez bien? Oui

_la pompière au médecin par fil: pas d’anomalie constatée, on fait quoi?

_le médecin : exam complémentaire pas obligé.

Je peux partir si je veux, je signe la décharge, je vais aller retrouver les amis au repas, les pompiers m’y amènent en fourgon, sympas et très pros!

A l’entrée de la salle des fêtes une partie des collègues s’apprêtaient à aller aux nouvelles à l’ambulance et sont tout content de me voir là

J’ai soif, Séverine je crois récupère une dernière bouteille de coca, moitié pleine, ça fera l’affaire.

Lolo selon mes souvenirs veut me faire shunter la fille d’attente pour ne pas me fatiguer. Personne ne trouve à redire, peut être que j’ai effectivement l’air de ne pas aller très bien!

Humm ce couscous sent bon!!, j’ai faim, mais raisonnablement et ne demande pas une assiette très remplie.

La place m’est réservée au milieu de tous les potes du club, ce couscous est un plaisir bienvenu, je m’en régale!

Michel et Alain amènent des fruits, un brugnon juteux et sucré, il y a longtemps que je n’avais pas apprécié à ce point.

Xavier finit le service en m’apportant le café, sucre et touillette, parfait, je déguste.

Fabrice conduira ma voiture par précaution pour le retour. Et avec lui et François on a bien tchatché pendant le trajet, arrivée 2 h du mat!

Les Amis je sais que je vous ai foutu la trouille ce soir, même si je vous ai dit qu’après tout, quant à devoir mourir, de cette façon là c’est plutôt le top!

Je sais je sais, j’suis pas pressé non plus les gars!

Et je vous remercie pour votre présence dévouée, vous m’avez entouré et coconné comme une meute le fait si l’un des siens court un danger. Un peu aussi comme si tout à coup je vous avais réalisé une super perf, une 1ère place de catégorie par exemple ou carrément un scratch! Bon là je rêve .

le dernier mot viendra de  Dimitri: à bientôt pour de nouvelles aventures!!

Christian48