Accueil » actualités, les photos

2022 : Le Speedy en raquettes, c’est reparti ! Deux jours à Ceillac _Alice et la Team Renés’car

29 janvier 2022 vu 417 fois Pas de commentaire

Lien vers l’album

Prélude : les randonneurs du Speedy avaient laissé Nathalie (notre accompagnatrice moyenne montagne attitrée) en juillet dernier au café du Guil à Guillestre, au terme de quatre jours de randonnée en itinérance, et c’est naturellement au Guil qu’ils l’ont retrouvée ce samedi 15 janvier, autour d’un café et d’une galette des rois (exquise). Le groupe était composé de randonneurs de cet été et de nouveaux, la neige avait recouvert les alpages, mais l’envie d’arpenter la montagne et la joie de retrouver le Queyras était toujours la même.

On vous raconte:
Le groupe : Nathalie Ruiz (accompagnatrice moyenne montagne) et le Onze du Speedy (René, Abbès, Aude, Gaël, Elsa, Sébastien, Catherine, Patrick, Sandrine, Maamar, Alice)
Activités : Randonnée raquettes à Ceillac et sauna
Animal mascotte du week end : Le chien. Nous avons partagé notre pique-nique du samedi avec un cavalier King Charles couleur fauve plus gourmand qu’une chèvre corse (il a su débusquer le moindre quignon de pain dans nos sacs) ; adopté le samedi soir un Lhassa Apso, couleur sable, très câlin, fan de Time’s up, pas imbu de sa personne en dépit de son caractère sacré, et avons randonné le dimanche avec un gros Terre-neuve pas farouche (qui connaissait le vallon comme sa poche), mais que nous avons quand même perdu lorsqu’il a préféré suivre deux skieurs en ski de randonnée (le bougre !)

Déroulé du week end :

  • Samedi 15: Ceillac (Queyras) – La Riaille (alt. 1950 m)

Tour de 11,6 kms – Dénivelé : + 390 m

Départ de Venelles à 7:00, RDV à Guillestre à 9:30. Après avoir petit-déjeuné d’une galette des rois (Aude a eu la fève !), nous sommes partis nous garer au parking du Mélezet à Ceillac. Au niveau de la cascade Y, nous avons chaussé les raquettes, direction La Riaille, pour une montée de 300 mètres dans la forêt, sur une neige meuble, peu épaisse, mais heureusement non croutée. (La chaleur des derniers jours avait fait fondre la neige en altitude, et nous avions plus le sentiment de contempler un paysage d’avril que de janvier la haut sur les cimes!).

Impressions de sa majesté Aude (dite O2), qui a randonné en débardeur (avec crème solaire), sur le circuit du samedi : « très très bien, temps magnifique, beaux paysages dans lesquels on a pu se gameller autant que possible, belle poudreuse ».

À midi, un groupe est monté faire une boucle au-dessus du hameau de la Riaille, ce qui lui a permis d’expérimenter ses premières descentes en raquette dans la poudreuse (« c’est rigolo » s’est exclamé Gaël !) avant de retrouver les autres au soleil. Nous avons pique-niqué tous ensemble au sec, au soleil jusqu’à 13:30 pile (ensuite plus de soleil !), en compagnie d’une mascotte Cavalier King Charles, craquante et affamée, puis avons poursuivi notre tour en raquettes dans les sous-bois enneigés, de l’autre côté du vallon, après avoir traversé le torrent du Mélezet (nous étions sous le lac Miroir), heureux de retrouver les sensations de la neige. A noter que Sandrine, entièrement vêtue de blanc, a réussi avec brio son diplôme de camouflage. Au retour, vers 15h00, des grimpeurs étaient encore dans la cascade Y, non entièrement gelée : le spectacle était impressionnant.

  • Fin de journée bien être et détente au refuge du Petit Chalet (Ceillac), tenu par Bruno et Séverine

Après notre première journée de randonnée, nous avons découvert vers 16:00 notre refuge, le Petit chalet, pour une soirée de bien-être absolu. Au menu : séance d’étirements – relaxation (ah le massage du dos !!) bien au chaud pilotée par Nathalie ; puis séance jacuzzi et sauna, paradisiaque (dans le respect des gestes barrière), avant l’apéro dédié à la découverte des bières locales, suivi d’un repas végétarien délicieux. Impressions d’Abbès, grand amateur de cuisine végétarienne, sur le dîner : « très bon, original, épicé » ; nous avons tenté de retrouver les épices dans la soupe et le cari, c’était surprenant et imaginatif, « très sympa » selon Gaël.

Le repas s’est terminé par un plateau de dégustation de fromages du Queyras (miam, avec un bleu notamment futur AOP, qu’on se le dise !!) et sa confiture de genévrier (NB : on recommande vivement !!), suivis par une farandole de liqueurs offerte par Bruno le maître des lieux (« fin de repas un peu arrosée » n’a pu s’empêcher de relever René, ravi), avec des boissons aphrodisiaques (à la couleur étrange), exotiques (du rhum), ou plus classiques pour la saison (du génépi pardi !).

La soirée s’est terminée par un Time’s up endiablé, remporté par l’équipe « Fast and furious » contre celle « Eugène » (Eugène Poubelle !)

  • Dimanche : journée plus sportive – Randonnée dans les bergeries d’Andervez et le vallon de la Saume

Tour : 11, 6 kms – Dénivelé : +800 m

Après un petit déjeuner parfait pour les papilles, mais « tout faux » sur le plan diététique (aie ; ie. trop de sucre – jus d’orange, confitures maison, muesli bio, pain brioché fondant ; trop d’acidité – café, yaourts ; enfin bref un vrai petit déjeuner copieux délicieux à la française …), nous sommes partis du refuge (situé dans l’Ubac de l’Aval) et sommes montés dans la forêt avec Rebelle, le Terre-neuve de Bruno et Séverine, bien couverts. La neige était peu abondante mais meuble et agréable; très vite avec la venue du soleil, nous nous sommes épluchés et avons vaillamment remonté le vallon de la Saume, après avoir traversé le torrent gelé du vallon des pelouses.

Nous avons pique-niqué au soleil, à la bergerie Andervez, sous le belvédère de la Mourière (où étaient passés les randonneurs du Speedy en juillet 2021 !!!), retrouvant ainsi une étape de la randonnée Speedy « traversée du queyras en quatre jours », évoquée en prélude. Dans la neige, au soleil, face aux Écrins, le panorama était majestueux ! et nous étions heureux de notre ascension de 800 m. Pas d’animaux sauvages, mais des descentes en toboggan maîtrisées (ou moins maîtrisées) animèrent le retour, dans la neige meuble.

Il est à noter que les entraînements du mercredi ont de façon indéniable donné un avantage comparatif à la montée aux plus assidus … néanmoins tous ont aimé l’ascension dans le vallon, surtout avec cette météo idéale, le panorama grandiose sur les Ecrins, la descente facétieuse en mode glissade (voulue) du retour, et le passage final le long de la rivière glacée.

Impressions sur la course du dimanche : « on a fait de belles côtes, le déjeuner au soleil était très appréciable » relève Aude; « souris à la vie et la vie te sourira » ajoute la papillote du jour (NB : nous avons mangé beaucoup de papillotes durant le week end), « la verveine dans le thé : grog parfait » conclut tout le monde; nous avons partagé aussi de grandes discussions sur la diététique (faut-il prendre du sucre avant 9:30 ?) et échangé sur les meilleurs endroits pour photographier des chamois dans le Queyras!

  • Le mot de la fin par René :

« week end au top entre soleil et neige, nous avons été chouchoutés par Séverine et Bruno, sans oublier Nathalie, irremplaçable »

À bientôt pour de nouvelles aventures ! (Et les bouchons sur Tallard).

Epilogue : Lors de la descente, de nombreuses figures de toboggans ont été réalisées, certaines voulues, d’autres moins !!! lors d’une chute non maitrisée, Maamar a perdu son téléphone /appareil photos. Grâce à ses dons de détective et son opiniâtreté, Miss Marple Nathalie, lorsque la perte a été découverte à l’arrivée aux voitures, a vaillamment rebroussé chemin (en bonne compagnie) et l’a heureusement retrouvé. Bref, un week-end parfait ! 

Auteurs : Alice et les passagers de la voiture de René 

Lien vers l’album