Accueil » actualités, les courses, les photos

Foulée Ressource_ par Christian, photos Danielle et René

11 octobre 2017 vu 93 fois Pas de commentaire

Les photos

l’album Runclic de Violette

Ben voilà , c’est presque bon à tous les coups,  j’ai fait la course alors René me dit : tu as fait la course, t’auras pas de mal à nous écrire un mot!

Peut on vraiment refuser à René?  Non, donc c’est oui pour cette fois-ci René mais ne demande pas pour Jouques!

Surtout que les courses purement sur route, c’est pas ma tasse de thé, surtout en ZI comme ici aux Milles, où j’ai du mal avec les lignes droites qui ne passent pas assez vite (là je pense à Bruno, quand il va me lire et sourire en pensant à sa merveilleuse maxime née au Trail de Fréjus : si ça ne passe pas assez vite faut courir plus vite! c’est un bon pote Bruno)

C’est lancinant ces successions de lignes droites, ça tape au  mental, heureusement qu’il y a un peu de monde au bord de la route et que les gamins la traversent sous les yeux de leurs parents qui s’en… fichent, parce qu’ils ne courent pas eux, tant pis pour le coureur qui doit les éviter dans un écart, mais voilà qui apporte un peu de sel dans cette infinie bande noire. Enfin en trail c’est bien pire, des obstacles plus ou moins imprévus c’est légion! oui mais c’est pas des gosses c’est la nature, elle est là  et elle n’y est pour rien, c’est nous qui la dérangeons! Et c’est fait pour ça le trail, et ça virouille tout le temps et il y a des choses à faire et à voir, pas le temps de s’ennuyer contrairement au bitume en ligne droite.

J’ai trouvé: les lignes droites de macadam c’est pour les dragsters, pas pour les vieilles charrues!

Là pour faire face, il faut rentrer dans sa coquille de coureur, faire son run en s’extrayant de l’environnement, simplement se recentrer sur ses sensations : check up: le cardio ça va? ok, la foulée ça va? ok,  la respiration?  Mouais! mais faut pas trop pousser! on reste au rythme, Ah la cheville? Humm.. la petite tension revient doucement pour rappeler le tendon d’Achille d’il y a quelques mois, allez on y va souple, en douceur, stable sur le rythme et la foulée. C’est fou comme j’ai la bouche sèche, c’est le vent et la chaleur! ou certainement cette demi-heure d’attente au départ retardé! je vais pas trop pousser on est un peu avant le 1er ravito et je vais boire, bien boire et me rafraichir la cafetière.  Et ainsi vont mes pensées de course,

Mais faire Ressource c’est courir pour ceux qui n’ont pas la chance de la santé, c’est parce que René a réuni ses 45 participants, c’est pour  les amis et je suis venu pour ça!

Et justement voilà les petites jeunes (nos perdrix de l’année dernière) qui me doublent, enfin un événement qui me fait de la distraction, allez Guylaine ! c’est bien, elle parait tellement à l’aise et s’éloigne en rythme, quel progrès! elle devient forte si elle réussit à tenir les 2 bons km restants à ce rythme!  Domi suit sans tarder  et me double de la même façon, mêmes impressions, même pensée, même pronostic!

J’ai bu, je me suis aspergé je repars mieux mais cette petite douleur toujours, bénigne, faut ménager la monture, le vrai test c’est dans une semaine pas question de prendre de risque, on y va au train car  faut penser au 2ème tour, il est là pour s’améliorer! on verra dans la dernière partie. Bah c’est au moins ça de bien dans cette course: le 2ème tour pour faire mieux, c’est Bérangère qui m’a sortit cette vue optimiste de la course, toute jeune mais une perception de pro! je n’avais pas eu cette sensation la 1ère fois que je j’avais fait cette course en versions 10km.

Ça avance doucement, bien sûr je double mais ça ne m’émule pas plus que ça,

je ne vois pas mes deux habituels concurrents Bernard et Lulu, ils doivent me mettre la pâtée cette fois, eux seuls auraient pu me faire cavaler.

tiens je suis en train de doubler Sandrine, elle a bientôt fini sa course, je reste à sa portée et me cale sur son allure avec un petit signe, je vais peut-être pouvoir lui prêter main forte pour les derniers hecto, voilà que ça m’occupe et le kilomètre se termine plus vite, Sandrine prend le dégagement d’arrivée et  je reprends du rythme et ma course.

Seul à nouveau mais  avec plus de sensations d’aisance sur ces 6 et 7ème, le check up est ok , tout bien stable y compris la cheville, mais elle est là alors pas de folies. Ravito, 8ème, et descente, 9ème, l’écurie approche, toujours seul pas de connaissances en vue, les potes toujours invisibles, je tape un peu plus sur le bitume, je le sens, mais le souffle reste ample c’est déjà ça de bien.

Dernier rond point, le gars aux cheveux gris devant moi, un M3? allez je ne vais au moins pas finir derrière lui je peux accélérer ça va le faire! sur le bord Brice et Julien qui ont fini m’encouragent, allez on allonge pour l’honneur d’arriver avec un peu plus de vitesse  et sans me laisser remonter. La Ligne est quasiment là  et Guylaine qui m’encourage, petit retour d’ascenseur, j’apprécie.

Et voilà, la ligne est derrière et les amis du club devant qui se ravitaillent tranquillement. Mais pas de Lulu ni Bernard, ils m’ont mis 1 minute, une revanche sur la course des Vendanges les coquins! mais bravo les gars vous avez eu meilleure pêche cette fois!

on se retrouve bientôt! pour une belle? (sur le bitume pour que je m’y habitue?)

Mais d’abord à Jouques pour de prochaines aventures!

Bye les amis du The Club of Provence!

Christian

Les photos