Accueil » actualités, les courses

Une Eguillenne dans une meule de boue … teille (semaine du Beaujolais oblige) !

28 novembre 2019 vu 74 fois Pas de commentaire

Pour cette première édition du Trail Découverte 18km de l’Eguillenne, je me suis laissé titiller par un groupe What’sApp de coureurs du Triathl’Aix, qui courent le Vendredi soir au CREPS, en attendant que les bouchons (pas ceux du Beaujolais, hein Christian 🙂 …) se dissipent sur l’autoroute vers Venelles …

Ils se sont motivés les uns les autres gentiment toute la semaine par messagerie interposée, je regarde passer les messages en me rappelant que le finish sur l’Eguillenne 10km est plutôt vertical (oh non, ça fait trop mal aux pattes). A force d’y réfléchir, je finis par me dire « bah pourquoi pas moi aussi », mais la météo du week-end n’a pas l’air bien engageante …

Je laisse trainer jusqu’au Vendredi soir, et m’inscris à la dernière minute en ligne sur KMS, car le déluge de Samedi devait laisser place à un Dimanche matin plus clément. Mais … on a vu une fois de plus que la météo faisait un peu ce qu’elle voulait, et on connait la suite : dou-la gadoue-la gadoue-la gadoue ! Et pourtant, j’avais coché la case « soleil » sur le site de KMS …

Passés les 2 premiers kilomètres sous une pluie fine, finalement un peu plus réchauffé que mouillé en perception, on commence à bien s’amuser dans les singles et autres DFCI flaqueux, accompagnés de moult dérapages-incontrôlés-avec-sortie-de-route-dans-les-virages-en-descente : note artistique 9/10, car la chute a été évitée de justesse 🙂 ! Relevons le passage surprise en bas d’une descente, où un organisateur-baliseur nous a fait baliser 2 secondes en disant « attention ça glisse », suivi d’un « ruisseau » … plouf le pied gauche, plif le pied droit … on ne m’avait pas prévenu que c’était un Triathlon pour de vrai, sinon j’aurais pris mes palmes ! Un passage en montée dans de l’argile bien patouilleux, avec 1 kilo de plus sous chaque pied … allez, tapez des pieds, ça fera partir les crampes en même temps que le reste ! Quelques plaisanteries échangées avec d’autres coureurs, l’ambiance en milieu de peloton est bon enfant : « je ne suis pas là pour la coupe du Monde » me disait un coureur au départ : ah ben tiens, c’est t-y-pas celui qui est en train de me doubler là ?

Pour moi, ce fut une belle partie de yo-yo à la poursuite de notre chère Coach Evelyne et sa casquette blanche, que je gardais en ligne de mire en mode plus ou moins « visuel-direct » pendant toute la course, la rejoignant aux ravitos (qui étaient bien placés), et reperdant le contact assez rapidement quand on repart. Objectif mental de tenter de la rejoindre sur la portion de route de la fin avant la Grande Montée Infernale vers le village, pour arriver pas trop loin d’elle, et si possible en moins de 2h : la « tactique de course » a bien fonctionné, mission accomplie, avec une arrivée main dans la main en 1h59 … boostée par Coach Jean-Claude dans le dernier faux plat montant depuis la Mairie jusqu’à la salle Rudy :-). Quand en plus on sait que les 2 Triahtl’Aix What’sAppiens sus-mentionnés finissent 1/4h derrière nous, et que le parcours était vraiment très glisso-ludique, je me dis que j’ai bien fait d’assister à cette première édition, très réussie à mon sens. Gilles, le 3eme inscrit Speedyien sur le 18km, a fini depuis longtemps (1h32, 22ème au scratch) quand on arrive trempés comme des soupes froides.

Remises des récompenses dans la salle des fêtes, bien confortablement assis dans les fauteuils de cinéma, dans des vêtements bien secs. Le nouveau système de catégories fait que les organisateurs ne récompensent plus que les premiers de chaque catégorie, en plus du scratch. Tout comme le speaker, on perd un peu nos repères, mais on va s’y faire. Quelques podiums pour le club, sur le 10km, voir la Une et l’album photo.

A refaire et à conseiller, sans modération, contrairement au Beaujolais. C’est bon pour la santé (les deux) !

Alex